Langues

5 mythes sur les enfants bilingues

Vous êtes déjà posé des questions sur les enfants bilingues on entend beaucoup de choses sur les enfants bilingues. Mais c’est dur de savoir ce qui relève du vrai ou du faux. Alors aujourd’hui, je fais une vidéo sur les cinq mythes sur les enfants bilingues. Et on va répondre à ces cinq idées reçues par : mythe ou vérité !

Bienvenue sur la chaîne Education Voyageuse, moi donc c’est Justine. Si tu n’es pas encore abonné à ma chaîne, tu peux le faire en cliquant ici (active la petite cloche pour recevoir les notifications des vidéos que je publie). Tu peux aussi me suivre sur instagram.

Alors aujourd’hui, on parle enfants bilingues. Qu’est ce que le bilinguisme, si vous n’avez pas vu ma vidéo sur : Quand est-ce qu’on peut dire qu’on est bilingue ? Je vous invite à aller la regarder !

Sinon, pour faire simple, le bilinguisme c’est la capacité à recevoir et à produire du sens dans deux langues différentes en fonction de vos besoins dans la vie de tous les jours. Il faut savoir qu’il y a une personne sur trois dans le monde qui est bilingue ! C’est énorme énorme ! Il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit !

Mythe n°1 : les enfants bilingues confondent les langues

Le premier des mythes sur les enfants bilingues, c’est la confusion des langues. Et bah oui, on a souvent peur qu’ils confondent les langues. Et ça vient du fait qu’en fait, on les observe souvent mélanger les deux langues . Il faut savoir c’est un phénomène normal pour tous les jeunes enfants ou adultes que d’utiliser des mots des deux langues. Mélanger les deux langues, ça s’appelle l’alternance codique et tout le monde le fait!

Donc pourquoi est ce que les enfants on les voit à mélanger les deux langues ?

La première raison c’est parce qu’ils imitent les adultes autour d’eux qui sont sûrement bilingues. Ces adultes du coup ont recours à l’alternance des deux langues c’est peut-être pour ça qu’on voit les enfants le faire. Mais on les voit peut-être le faire plus que les adultes pour une autre raison. En fait, ils ont un répertoire lexical assez restreint.

Ça veut dire qu’ils ont un nombre de mots connus dans les deux langues plutôt restreint. Donc ils ont besoin de recourir à l’autre langue. Je m’explique : par exemple s’ils sont en train de parler en français, s’ils sont à l’école en France ou à la crèche en France. Et bien, ils vont connaître beaucoup d’autres mots dans la langue Mais si à la maison, il parle espagnol, ils vont connaître certains mots en espagnol. Mais ils vont pas forcément connaître tous les mots dans les deux langues. Et donc, ils vont avoir recours beaucoup plus souvent aux mots dans l’autre langue par exemple en espagnol alors qu’ils sont à la crèche en situation de parler français mais c’est tout à fait normal.

Donc la réponse à cette idée reçue c’est : non non non c’est totalement faux ! Les enfants bilingues ne confondent pas les langues ! Ils savent reconnaître les deux langues et ce dès la naissance !Un enfant est capable de différencier les langues dès la naissance si ces langues ont des rythmes, des sonorités très différentes. Si les langues ont des sonorités assez similaires et bien il les reconnaîtra à partir de 4 mois ! Donc c’est vraiment faux !

Mythe n°2 : le bilinguisme rend intelligent

Le second des mythes sur les enfants bilingues, ce serait que le bilinguisme rend intelligent. Donc les avantages du bilinguisme, il y en a beaucoup : le numéro un ça va être bien sûr de parler plusieurs langues, ça va être utiles pour le travail, le voyage, toutes les rencontres à l’étranger, donc c’est un avantage considérable.

Il y a aussi l’avantage de la compréhension sociale. C’est vrai que les enfants bilingues comme ils sont habitués à naviguer dans des mondes sociaux un peu plus complexe puisqu’il y a des gens de différentes nationalités, cultures, langues. Et bien c’est un peu plus complexe qu’un environnement strictement monolingue avec une seule langue et une seule culture. Donc, ils vont dès tout-petits s’arrêter sur beaucoup plus de détails comme le changement de ton de voix. Ca lui permet d’identifier l’intention, le désir d’une personne même s’il ne comprend pas trop ce qui se passe. Donc l’enfant bilingue développe vraiment une capacité sociale extrême qui sera un avantage considérable pour le futur.

L’autre avantage du bilinguisme concerne les capacités cognitives. Les enfants bilingues développent un gain cognitif. C’est vrai que les enfants bilingues ont des bons résultats surtout pour les exercices qui demandent une certaine agilité mentale. Ils ont de bons résultats pour les exercices sur la mémoire, pour les exercices qui demandent une réponse un peu plus complexe et pas seulement d’appliquer une réponse apprise. Donc voilà tout ce qui va être mémorisation, ils y sont habitués en fait à mémoriser, à se concentrer. Et ce qu’ils font avec leurs langues dans leur cerveau c’est qu’ils structurent leur cerveau de manière assez agile. Puisqu’en fait, ils sont obligés de se focaliser sur une langue et mettre l’autre en sourdine. C’est une sorte de gymnastique mentale qui se met en place.

Voilà donc il y a certains certains avantages c’est sûr. Maintenant, il n’y a pas que le bilinguisme qui permet cela. Il faut modérer cette réponse. Il est prouvé par exemple que l’éducation musicale à des gains cognitifs aussi. On ne sait pas vraiment dire le gain cognitif qu’apporte le bilinguisme. On ne sait pas vraiment dire en quoi exactement il est utile dans la vie de tous les jours.

En fait on 05:16 peut pas vraiment conclure en disant que ça rend plus intelligent parce qu’on ne le sait pas exactement. Hormis l’intelligence sociale que ça apporte, on ne sait pas vraiment répondre à cette question. donc l’idée reçue numéro 2 on va dire oui et non, à modérer.

Mythe n°3 : un parent = une langue parlée

Le troisième des mythes sur les enfants bilingues, c’est que pour qu’un enfant devienne bilingue, il faut absolument que il y ait un parent qui parle une langue et l’autre parent qui parle une autre langue. Cette idée, elle date d’il y a à peu près 100 ans quand on pensait encore que les enfants confondaient les langues. On pensaient que ça les fatiguaient mentalement que d’avoir les deux langues. Donc on séparait par une langue = un parent. Cette fatigue mentale , à l’heure actuelle avec la recherche, on sait que c’est faux. C’est pas du tout le cas, il n’y a pas de confusion des langues et il n’y a pas de fatigue mentale.

Ce qui compte vraiment pour un enfant pour qu’il devienne vraiment bilingue ça va être la qualité de l’exposition aux langues donc il faut une bonne exposition aux deux langues. Et une exposition en quantité. Il faut qu’il soit exposé aux deux langues tous les jours et à un certain nombre de mots. Il doit être exposé en quantité et en qualité donc c’est à dire qu’il faut qu’il soit exposé à ces deux langues par interaction sociale et non pas par la télé par exemple. C’est pas comme ça qu’il apprend les langues étrangères et en plus à la télé, le vocabulaire est assez pauvre donc ça nous aiderait pas. Donc pour résumer: une bonne quantité, bonne qualité c’est ce qui importe. Après l’organisation j’ai envie de dire, peu importe au final.

C’est à dire que c’est les familles qui vont s’organiser. Après ça peut être, en effet, un parent – une langue parce que c’est plus facile et que le couple est fait comme ça. Mais ça peut être le matin une langue, l’après midi une autre langue. Ou alors, ça peut être un lieu = langue : l’école et la maison. Voilà donc en fait, ça a pas vraiment d’importance. Donc l’idée reçue numéro, on va dire ni oui ni non au final ça peut mais bon comme ça vient d’une idée arriérée alors j’avais envie de dire non, mais on va dire oui et non.

Mythe n°4 : il faut commencer très tôt

Maintenant, le quatrième des mythes sur les enfants bilingues. Ce serait qu’il faudrait que l’enfant commence très très tôt l’acquisition des deux langues. En fait les enfants naissent avec la capacité d’acquérir n’importe quel langage. Ils se spécialisent à partir de 9 mois exactement dans une langue mais c’est pas irréversible. Donc on sait que tôt en âge les jeunes enfants sont très doués pour tout ce qui va être sons, rythme, prononciation. C’est avantageux de commencer tôt, c’est vrai.

Après, on sait aussi que c’est une question de situation d’apprentissage. C’est à dire que quand ils sont jeunes, les enfants c’est le moment où on leur offre des conditions idéales pour acquérir une langue, c’est à dire qu’on leur donne un langage simplifié. On va utiliser des mots très simples avec les enfants, on va décortiquer tous les sous. Qui n’a jamais fait à un enfant baba ? Voilà vous savez de quoi je parle. On lui offre une qualité d’interaction magnifique : on reste en face à face très proche avec lui pendant des heures. C’est vraiment les conditions idéales pour acquérir une langue qu’on ne retrouve jamais dans notre vie. Quand on va dans un pays, personne ne nous parle comme ça. Et quand on va à l’école pour apprendre une langue, personne ne nous parle comme ça. On est jamais cette même situation d’apprentissage.

Donc oui il y a des avantages à apprendre une langue tôt maintenant c’est pas irréversible. On sait qu’on peut apprendre une langue tout au long de la vie. Donc la réponse à cette question c’est oui et non .

Mythe n°5 : les enfants bilingues ont un retard langagier

Le dernier des mythes sur les enfants bilingues, c’est qu’ils auraient un retard l’engager. Je m’explique souvent les enfants bilingues vont dans une école monolingue. Et l’instituteur ou les parents ou compare souvent les enfants entre eux. Et ils ont l’impression de remarquer les enfants bilingues ont un peu de retard dans l’acquisition du lexique, du vocabulaire.

En fait, pour acquérir le premier lexique donc les mots de base le bilingue et le monolingue ne fonctionnent pas pareil. En fait l’enfant monolingue va pouvoir apprendre 90 mots seulement dans une langue. L’enfant bilingue, il apprend le même nombre de mots mais sans faire la distinction entre les deux langues.

Donc ce qui se passe, c’est que si l’enfant monolingue apprend 90 mots en français. L’enfant bilingue en apprend 50 français et 50 en espagnol et on enlève les dix mots qu’il a en commun dans les deux langues. Donc ça lui fait aussi sa capacité de 90 mots mais réparties sur les deux langues. Donc on a l’impression qu’il est un peu en retard par rapport à un enfant monolingue. Mais ça ne dure que pour l’acquisition du premier lexique. Arrivé à maturité langagière donc vers quatre ou cinq ans et bien l’enfant monolingue, lui aura acquis un certain nombre de mots. Mais l’enfant bilingue lui ce qu’il aura appris c’est le même nombre de mots que l’enfant monologue mais dans les deux langues. Donc deux fois plus !

C’est jusqu’ils ont des développements langage différents. La temporalité n’est pas la même. Il n’y a pas de retard, c’est juste que les normes auxquelles on se réfère, en général, sont celles de l’enfant monolingue. Et que l’enfant bilingue a un développement différent dans le temps. La réponse à l’idée reçue numéro cinq, c’est non totalement faux !

Voilà ce qui est des idées reçues sur les enfants bilingues. Si vous avez des commentaires, des témoignages ou des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ! Je serais ravie de vous lire, je vous dis merci et à bientôt !