Bresil

Les différences entre la France et le Brésil

Quelles sont les différences entre le Brésil et la France ?

Bonjour à tous, nous sommes toujours en direct du brésil et le sujet d’aujourd’hui porte sur les différences entre le Brésil et la France. Je vous fais un bilan de ce que j’ai humoristiquement appeler les « bizarreries brésiliennes ». Pour vous résumer tout ça j’ai fait 5 thèmes qui sont l’hygiène, la cuisine, la société, les gens et les relations hommes-femmes.

N°1 : L’hygiène au Brésil

Pour commencer on va commencer par le plus surprenant et à laquelle je ne m’attendez pas. Quand on est français, on est habitués à utiliser du papier toilette et à le jeter dans les WC. Mais au Brésil, on ne peut pas ! Alors on met une petite poubelle à côté dans laquelle on jette tous les papiers toilettes.

Oui ce n’est pas le sujet le plus glamour qui existe mais on s’y habitue.

Ensuite, il y a les poubelles dans la rue. Les poches poubelles remplies sont jetées dehors et les mendiants, en général, ils les défont pour prendre ce qu’il y a dedans. Donc les poubelles sont éventrées ce qui fait que l’odeur le soir ou le matin avant le passage des ordures, n’est pas très argéable.

N°2 : La cuisine brésilienne

Alors on passe à un sujet un peu plus fun, la cuisine au Brésil !

Donc au Brésil, le restaurant traditionnel c’est le « Lanchonete ». C’est le restaurant où tous les brésiliens vont, c’est pas cher, c’est de la cuisine locale et des produits locaux.
Vous trouverez les habituelles « Coxinhas » qui sont des sortes de beignets salés avec de la purée de pomme terre qui entoure une garniture. Le tout étant bien frits et se déguste chaud : un délice !

Les brigadeiros

Il y a aussi les « brigadeiros » qui est le dessert sucré le plus connu. Ce sont des petites boules de lait concentré sucré au cacao, c’est bon et très sucré !

Et dans les lanchonetes au Brésil, il y a chaque jour un plat qui y est proposé. Donc par exemple, si vous souhaitez manger une feijoada, qui est un plat typique du Brésil, ici c’est le mercredi et le samedi. Et je crois que c’est pareil dans tous les lanchonetes de Sao Paulo et que ça s’étend même au Brésil entier.

La feijoada

En parlant de Feijoada, ici il faut savoir que le riz et le feijao (haricot rouge), on en mange tous les jours. Vous rajouter des patates et un peu de viande, vous avez le plat typique d’ici. Moi qui n’aimait pas le riz ni les haricots, et bien, j’ai dû m’adapter !

Sinon ce qui est très courant de manger et de faire le dimanche en famille ou avec des amis, c’est le « churrasco ». C’est une sorte de barbecue avec toute sorte de viande, c’est ultra convivial. Vous pouvez aller dans une « churrasqueria » pour déguster une grande diversité d’aliments cuits au barbecue.

Ensuite pour ce qui est de la consommation d’alcool ici, c’est pas la capirinha qu’on voit le plus étonnamment. On voit plus les brésiliens boire que de la bière (et en grande quantité). Donc, si vous voulez paraître très brésilien, vous allez dans un bar commander une « original ». Vous dégusterez cette bière évidemment en terrasse ou même debout à l’extérieur du bar.

N°3 : La société

Ici, ce qui peut être choquant quand on arrive, c’est les pauvres. Nous les expatriés on a beau être dans les quartiers et ne voir qu’un centième de ce qui se passe réellement, ça peut surprendre. En fait, il y a des pauvres partout en ville, parfois dans des états que l’on pas l’habitude de voir. Au Brésil, à part certaines favelas, il faut aussi éviter les centres villes (ou centres historiques), c’est là où il y a le plus de pauvreté. Dans ce pays, le problème c’est aussi le crack et quand on croise des personnes droguées, ça fait assez peur. Ils sont dans leur monde, c’est assez choquant et spécial à voir.

Les conditions de travail

Ensuite, une autre des grandes différences entre la France et le Brésil, c’est au niveau des conditions de travail. Ici, c’est assez dur puisque le salaire minimum est de 954 reais, ce qui fait 210 euros. Sachant qu’ils doivent travailler 44heures par semaine, ça fait 1euro de l’heure. Alors je suis dans le quartier riche, mais je trouve pas la vie bien moins chère qu’à Bordeaux par exemple. Alors si on vit en extérieur de la ville, c’est moins cher mais ça reste un niveau de vie très bas. Pour les brésiliens les plus pauvres, ça relève plutôt de la survie.

La sécurité

On peut remarquer aussi dans la société brésilienne la présence des armées et des gardes omniprésents. A Rio moi j’y suis allée pendant une période où c’était courant de voir l’armée dans la ville mais c’est pas forcément habituel. Par contre, des gardes, il y en a partout, dans les supermarchés ou dans les banque par exemple. D’ailleurs lorsqu’on va à la banque, c’est assez drôle puisqu’il faut mettre son portable et ses clefs dans un casier de transfert puis passer dans un tourniquet qui détecte les métaux avant de récupérer vos affaires.

On voit que c’est plus contrôlé car il y a plus de criminalité. Par exemple, dans le quartier où je vivais, il y avait des gardes qui étaient payés pour veiller sur la rue la nuit et surveiller que personne ne tente d’entrer dans les maisons !

Sinon sujet un peu plus joyeux, ce qui est étrange ici c’est que les gens avec un peu d’argent ont tous une domestique. Et la domestique, la femme de ménage, elle fait la vaisselle et le café ! Moi ça m’a paru étrange car j’ai pas de domestique mais si j’en avais une, je lui ferai pas faire ça. Mais bon, c’est marrant de voir les habitudes.

N°4 : Les gens au Brésil

Une des grandes différences entre la France et le Brésil : généralement ici, les gens ont le cœur sur la main ! Ils sont sociables, ils ont la main sur le cœur et sont assez ouvert de prime abord. A Sao Paulo, c’est un peu moins flagrant car c’est une ville de travail. Mais en général, les brésiliens, ils aiment la vie. Ils adorent aussi les selfies, à tous les coins de rue, ils sont en train de prendre une photo d’eux. C’est très drôle à voir !

Et aussi, quand on sort, c’est trop bien car les brésiliens ils sont tous debout, en train de chanter ou de danser. Il suffit qu’il y en ait un qui se ramène avec sa musique et ses enceintes, c’est bon, la soirée est lancée !

Bon par contre, vous allez bien rigoler car les filles qui dansent, si c’est la samba, tranquille, ça va. Mais si elles commencent à danser le « funk », c’est surprenant et hilarant. J’ai découvert le funk dans un bar au moment où toutes les filles sont descendues au sol et ont commencé à faire des ondulations avec le fesses. Franchement, c’est à voir !

N°5 : les relations entre les personnes

Ce n’est que mon opinion, mais j’ai l’impression que les hommes sont un peu plus machistes que j’ai nous. Il y a des exceptions, j’en ai rencontrées mais si je devais faire une généralité, ce serait celle-ci. Par contre, dans la rue ou quoi, les hommes regardent énormément. Vous pouvez voir des têtes se retourner exagérément sur votre passage. Je sais que la première fois que j’ai pris le bus, j’ai eu très peur. En fait, je suis rentrée de bus, je suis allée au fond du bus et j’ai vu tout les hommes se retourner vers moi. A ce moment-là, j’ai cru qu’ils allaient me tuer !

Ce qui est étrange aussi (et j’ai fait le test), c’est que si tu demandes l’addition au restaurant, le serveur il la ramène à l’homme qui est avec toi. Il ne va pas te la donner à toi, sauf si c’est une serveuse. Et sinon, c’est assez communément accepté que ce soit la femme qui fasse le ménage, à manger, un peu tout.

Voilà ce qui est des différences entre la France et le Brésil. Il s’agit de se que moi j’ai remarqué. C’est une analyse très subjective car elle est faite par rapport à mes impressions et mon vécu. Elle est aussi généralisée car bien entendu, toute personne est différente.

Beijos Amigos !

Pour voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=gGedBylM6yE