Langues

La glottophobie

Le théme du jour : la glottophobie

Alors aujourd’hui on va apprendre un mot : « la glottophobie », une nouvelle peur que je vous explique dans cette vidéo !

Bonjour et bienvenue sur Education Voyageuse pour ceux qu’ils ne me connaissent pas moi c’est Justine. Si tu n’es pas encore abonné à ma chaîne ce moment de le faire 😊

Qu’est-ce que la glottophobie ?

Alors, si on décompose le mot GLOTTO-PHOBIE, Glotto : ça vient du grec ancien qui veut dire la langue et Phobie : la peur, l’aversion. Donc si on rassemble les deux, la glottophobie, c’est la peur, l’aversion pour une personne à cause de la langue quelle part. Ca revient à humilier, juger ou discriminer des personnes en  fonction de la langue qu’ils parlent. Mais aussi ou de  l’accent qu’ils ont ! C’est vraiment une forme de discrimination, de jugement de valeur porté sur quelqu’un en fonction de sa langue ou de son accent.

Ce n’est pas une discrimination sociale comme celle du genre ou de la couleur de peau mais c’est une discrimination. Elle fait de la langue un instrument de pouvoir et d’exclusion.

Des exemples

Pour vous donner des exemples, on peut parler des présentateurs qui se voient refuser la présentation d’un JT car ils auraient un accent trop régional. Ça peut être une hôtesse d’accueil dans un congrès par exemple qui n’ont pas le job car ils ont accent étranger. On peut aussi parler des chercheurs français qui ne peuvent pas publier un article parce que cet article n’est pas en anglais. Ça peut également des moqueries, des mots négatifs envers quelqu’un. C’est aussi des stéréotypes que l’ont peut associer ou projeter sur les locuteurs d’un pays ou d’une région.

Qui a inventé la glottophobie ?

Qui a nommé à la glottophobie ? Et bien c’est le sociolinguiste Philippe Blanchet. La glottophobie viendrait de l’idée qu’il y a des langues valent plus que d’autres. Donc, en fonction de la valeur qu’on attribue à une langue. Parfois soit en fonction du nombre de locuteur, du poids économique. Le résultat c’est qu’on fait un classement des langues valent mieux que d’autres. Ainsi, si une personne pense qu’elle parle une langue « meilleure » que celle de son interlocuteur, elle fera preuve de glottophobie.

Par exemple, si une personne rejette de ses difficultés de compréhension voir d’expression, elle fait preuve de pensée glottophobe. Ça vaut aussi pour quelqu’un qui se moque d’une autre personne à cause de son accent.

En France, l’idée que tout le monde parle la même langue avec le même accent est illusion qui date de la révolution. L’idée d’une langue sans variations est entrée dans les mentalités collectives. Ainsi, toute divergence fait une peur et active un comportement glottophobe.

Comment lutter contre ?

Et bien à la chose à faire numéro 1, c’est de reconnaître que c’est une discrimination. Il faut accepter que d’avoir un a priori négatif sur quelqu’un par rapport à la langue qu’il parle ou l’accent est une forme de discrimination. L’idéal est d’essayer de gommer cette pensée. Pour cela, on peut se dire que l’important c’est le message et de ne plus prêter attention à la connotation étrangère . Ça commence par reconnaitre et lutter soi-même face à ses propres tendances.  

Sachez qu’il y a un projet de loi qui a été déposé là en début d’année 2020. Celui-ci ne vise que les accents mais qui vise à mettre dans la loi : la discrimination, le mépris des accents. Donc ça devient de plus en plus reconnu comme une discrimination.

Voilà pour aujourd’hui, vous aurez appris un nouveau mot et si vous voulez en savoir plus je suis ravie échanger sur le sujet n’hésitez pas à laisser un commentaire sur la chaîne YouTube ou sur Instagram. Moi je vous dis merci et à bientôt !